L'Université de Nantes est partenaire, aux côtés de l'IFSTTAR et l'INRIA-Rennes, de la 7e édition du Congrès Européen sur le Contrôle de Santé des Structures (EWSHM 2014), manifestation internationale de référence sur cette thématique. Parrainée par l'IRT Jules Verne et soutenue par la société Airbus, la conférence s'est réunie du 8 au 11 juillet à Nantes avec près de 400 participants du monde entier parmi lesquels des chercheurs de l'Université de Nantes.

La conférence internationale EWSHM 2014 a  pour principal enjeu de développer et de promouvoir des solutions scientifiques, matérielles et logicielles mises au point par les communautés scientifiques et industrielles permettant de suivre la santé des "structures à enjeux" (pont, tunnels, avions, centrale de production d'énergie, éoliennes offshore,...).

Cette conférence s'est tenue dans une région des Pays de la Loire dont les thématiques industrielles correspondent parfaitement avec les enjeux de la conférence (IRT Jules Verne, IFSTTAR, STX, programme éolien, Airbus...) Pour l'ensemble des acteurs scientifiques et industriels de la région, la conférence EWSHM 2014 présente donc la double opportunité de démontrer la force et le savoir-faire des filières et de nouer des contacts avec des partenaires scientifiques ou de futurs clients.

Pour l'Université de Nantes, particulièrement impliquée dans le domaine des Energies Marines Renouvelables (EMR) et dans le contrôle de santé des structures (Structural Health Monitoring - SHM), cette conférence offre une visibilité internationale aux laboratoires concernés et une opportunité de renforcer leurs liens avec l'IFSTTAR et l'INRIA-Rennes dans un cadre de compétences complémentaires interrégionales.

Pendant toute la durée de la conférence, l'Université de Nantes a tenu un stand dans la grande halle de la Cité - le centre des congrès de Nantes, où étaient présentés des brevets récents, la structure Biocolmar et étaient organisées des sessions liées aux éoliennes offshore. Plusieurs chercheurs ont participé également aux discussions, parmi lesquels Franck Schoefs, membre du laboratoire GeM.